samedi 28 janvier 2017

A LA CHAPELLE - Et voilà que ça recommence ! (ou que ça continue...).

APRES LES ENLEVEMENTS DE COUVERTURES, UNE RAFLE DEVANT NOS ENFANTS !

Ce vendredi 27 janvier vers 8 H 15, les enfants arrivant comme chaque matin à l'école Pajol, ont assisté à un bien triste spectacle: des policiers, nombreux, lourdement équipés pour certains d'entre eux, ont embarqué quelques réfugiés qui avaient trouvé abri sur le trottoir en face de l’école, le tout devant le regard sidéré de nos enfants.

Interrogés par des passants et des parents d’élèves sur la destination du fourgon, les policiers ont répondu : «on va leur donner à manger et des papiers!»<;

D'autres groupes de migrants présents dans la rue n'ont pas été emmené ni même approché, ce qui laisse à penser qu'il ne s'agit pas d'une opération de «mise à l'abri» mais bien d'une interpellation. D'autant que nous avons, depuis, appris que la destination était non pas un centre d'hébergement mais bel et bien un commissariat.

Au-delà de l'incompréhension soulevée par l'absence de réponse politique à cette situation qui dure depuis maintenant plusieurs années et du caractère inadmissible de cette stratégie de harcèlement dont font l'objet les migrants dormant dans nos rues, il est insupportable que de telles opérations aient lieu, encore plus, devant une école à l'heure de l'accueil des enfants.

Quelles explications leur donner, eux qui jusque là étaient chaque matin plutôt les témoins de la solidarité dont certains parents et riverains font preuve lors de la distribution quotidienne de petits déjeuners ?


Benoît Lochon
Parent d'élève de l’École Pajol
Président de l'association "Quartiers Solidaires"